Survivre à l’absence : les « presque veuves » de la guerre de la Conquête (1754-1760)

Qui : Louise LAINESSE 
Quand : vendredi 16 août à 20h
Où : Musée du Fort
Prix : gratuit

Je réserve une place !

Conflit majoritairement étudié dans ses aspects militaires dans l’historiographie québécoise, la guerre de la Conquête (1754-1760) a pourtant été génératrice de répercussions dans la vie au quotidien de la population canadienne, notamment en ce qui a trait à l’organisation sociale et familiale alors que la majorité de la gent masculine canadienne âgée de 16 à 60 ans a dû quitter le foyer familial au cours de la guerre afin de veiller à la défense de la colonie en tant que milicien. Cette communication propose d’étudier un groupe de femmes particulièrement vulnérables vu leur état matrimonial ambigu causé par les affres de la guerre de la Conquête: les «presque veuves», c’est-à-dire celles dont l’époux milicien a été fait prisonnier, dont la mort n’a pas été recensée ou a été porté disparu. L’absence prolongée de leur époux causée par le contexte particulier de guerre durant la Conquête a forcé ces femmes à s’organiser pour contrer l’incertitude associée à leur état matrimonial ambigu et à assumer leur nouveau rôle de chef de famille. Par l’entremise de l’étude de la trajectoire individuelle de ces presque veuves, nous chercherons à voir les stratégies de survie employées par ces femmes nouvellement chef de famille afin d’assurer leur propre subsistance de même que celle de leurs enfants à charge en ces temps éminemment difficiles.

Actuellement étudiante au doctorat en histoire à l’Université de Montréal, Louise Lainesse est détentrice d’un baccalauréat intégré en sciences historiques et études patrimoniales (BISHEP) de même que d’une maîtrise en histoire tous deux complétés à l’Université Laval. La présente communication portant sur les «presque veuves» de la Conquête (1754-1760) est issue du fruit de ses recherches de maîtrise, subventionnées par le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) et par le Fonds de recherche du Québec en société et culture (FRQSC). Ayant à coeur la diffusion de l’histoire auprès du public, Louise a été guide touristique en de nombreux lieux historiques nationaux en plus d’avoir participé, de 2016 à 2018, à l’animation de l’émission radiophonique 3600 secondes d’histoire diffusée à CHYZ 94.3 FM, la radio officielle de l’Université Laval. Deux de ses conférences, désignées comme étant les meilleures communications orales produites dans le cadre de colloques étudiants, lui ont également valu le Prix Jacques-Mathieu en 2015 et le Prix Courville-Séguin en 2018.

32