La Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (1963-1971)

Qui : Valérie LAPOINTE-GAGNON 
Quand : vendredi 16 août à 15h
Où : Maison de la littérature
Prix : gratuit

Je réserve une place !

« En 1967 tout était beau. C’était l’année de l’amour. C’était l’année de l’Expo », chantait Beau Dommage. À côté de cela, la parution du premier volume du rapport final de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (ou Commission Laurendeau-Dunton), la même année, peut sembler moins séduisante. Pourtant, ce document phare de l’histoire canadienne et québécoise révèle que tous les espoirs étaient permis pour une rénovation en profondeur de la constitution canadienne, afin qu’elle reconnaisse et soutienne le développement du Canada français et du Québec. Cette présentation souhaite donc replonger dans l’esprit des années 1960 et entrer dans les coulisses de la Commission, qui a vu défiler les plus grand.es intellecutel.les de son époque, afin d’analyser les stratégies proposées pour «guérir le mal», mais aussi la volonté des commissaires d’entreprendre une réflexion en profondeur sur le devenir du pays.

Valérie Lapointe-Gagnon est professeure d’histoire à la Faculté Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. Elle s’intéresse à l’histoire intellectuelle et politique du Québec et du Canada contemporains, à l’apport des intellectuel.les à la société et aux questions constitutionnelles. Elle est l’auteure de Panser le Canada : une histoire intellectuelle de la commission Laurendeau-Dunton (Boréal, 2018 – Prix de la Présidence de l’Assemblée nationale, 2019) ainsi que de plusieurs articles parus notamment dans la Canadian Historical Review, dans Études canadiennes/Canadian Studies, dans le Bulletin d’histoire politique et dans Mens : revue d’histoire intellectuelle et culturelle.

33