Prendre la mesure du pays : l’évolution des mesures foncières en Nouvelle-France

Qui : Mona Andrée RAINVILLE 
Quand : samedi 17 août à 16h
Où : Musée de la civilisation
Prix : gratuit

Je réserve une place !

L’histoire des sciences est le parent pauvre de l’historiographie de la Nouvelle-France. Cette communication tente d’y remédier en présentant l’évolution des mesures foncières: le pied, la toise, la perche, l’arpent et la lieue, dont se sont servi nos ancêtres lors même qu’en France on en redéfinissait l’étalon en procédant à de surprenante expéditions scientifiques, notamment au Pérou et en Laponie. Durant tout le régime français et même au-delà, la question de la cohérence des mesures foncières françaises demeurera une préoccupation constante à laquelle auront à faire face ceux qui étaient chargés de découper le pays en seigneuries, fiefs et censives : les arpenteurs. Cette communication relate l’impact de ces avancées scientifiques sur leur travail.

Des étés d’enfance passés à savourer les pages du journal Boréal Express ont fait naître chez Mona Andrée Rainville une impérissable passion pour l’histoire. Diplômée en droit de l’université de Montréal après des études en journalisme et en sciences pures, elle demeure fidèle à ses premières amours malgré ses 30 années d’appartenance au Barreau du Québec. Membre du CA de la Fédération Histoire Québec, chercheuse chevronnée, auteure et conférencière appréciée, elle est lauréate en 2017 d’un prix Percy-W.-Foy, de la Société généalogique canadienne-française.

48