Alfred Évanturel, du faubourg Saint-Jean-Baptiste à l’Assemblée législative de l’Ontario

Qui : Serge DUPUIS 
Quand : jeudi 15 août à 20h
Où : Chapelle du Musée de l’Amérique francophone
Prix : gratuit

Je réserve une place !

Une présentation de la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française en Amérique du Nord (CEFAN)

Alfred Évanturel, né à Québec en 1846, s’est trouvé au centre de crises linguistiques dans l’Est ontarien en tant que député libéral provincial (1886-1905). Il est au cœur de la fondation d’une certaine dualité nationale en Ontario, légitimant une certaine présence du français dans les écoles de la province pendant sa carrière politique de 20 ans.        Cette conférence revient sur les origines familiales des Évanturel, la vie de « rouges » modérés à Québec (son père François Évanturel était député de la Couronne de Québec à l’époque du Canada-Uni), les contacts avec l’Institut canadien, ainsi que la volonté de participer à la construction de la nouvelle Confédération en acceptant un poste de fonctionnaire à Ottawa en 1873. Cette conférence ferait un clin d’œil aussi à la contribution de la région de Québec à la construction d’une francophonie hors frontières.

Originaire du Moyen-Nord ontarien, Serge Dupuis est historien professionnel œuvrant à Québec et membre associé à la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française en Amérique du Nord de l’Université Laval. Il a réalisé un baccalauréat (Laurentienne, 2007), une maîtrise (Ottawa, 2009), un doctorat (Waterloo, 2013) et un stage postdoctoral (Laval, 2016) en histoire, obtenant des bourses du Conseil des recherches en sciences humaines du Canada pour ses trois formations d’études supérieures, entre autres. Auteur de trois livres, puis d’une trentaine d’articles et d’essais, Serge Dupuis a reçu, pour son livre sur l’histoire du mouvement Richelieu, le Prix d’auteur pour l’édition savante (2016) et le Prix Richard-Arès (2017) pour le meilleur essai paru au Québec, puis pour ses recherches sur l’histoire des Canadiens français en Floride, le Prix Lilliane-et-Guy-Frégault (2010) de l’Institut d’histoire de l’Amérique française.

21